in

Tout savoir sur la route du cristal en Lorraine !

lecreusois / Pixabay
      1. L’histoire de la Lorraine et du cristal commence dès le XVe siècle. Depuis l’Antiquité, les vastes étendues forestières ont permis de privilégié l’installation de verreries en Lorraine. En effet, l’industrie verrière trouve en Lorraine les matières premières nécessaire à la fabrication de verre : la silice, la potasse, et la chaux.

En 1448, Jean de Calabre, alors gouverneur de Lorraine, décida d’octroyer de grands bénéfices et avantages aux verriers de Lorraine. La meilleur façon d’avantager tout en développant cette industrie était d’octroyer au verriers une chartes qui définit le statut des gentilshommes verriers : assimilés aux nobles, ces derniers étaient les seuls à avoir le droit de souffler le verre !

Cet acte permit une liberté totale de l’industrie et du commerce du verre, ainsi que des avantages matériels.

    1. LA CRISTALLERIE DE PORTIEUX :

La commune de la verrerie de Portieux est une étape incontournable de votre visite en Lorraine.

Héritage d’un savoir-faire en plein cœur des Vosges, la cristallerie de Portieux fut l’une des plus grandes entreprises de la région, employant jusqu’à 3000 ouvriers au plus haut de son activité.

La commune de Portieux était l’emplacement idéal, proche des grands axes routiers de l’époque permettant d’écouler la marchandise rapidement et aisément.

Fondée en 1705, Portieux offrait un catalogue de plus de 8000 pièces. En 1900, Portieux est en plein boom, c’est l’ère industrielle, les grandes découvertes, l’épopée coloniale. Plus de 1000 verriers travaillent à la Manufacture, permettant au petit village de developper son propre écosystème.

La cristallerie de Portieux vit en autonomie, possède sa propre église, son médecin, une école, et même un centre d’apprentissage inauguré en 1905.

Le dernier four de la cristallerie est éteint en 2015. Depuis, la mémoire de Portieux vit à travers son Musée du cristal, situé entre Epinal (30 kms) et Nancy (50 kms), l’histoire de la verrerie y est retracée à l’aide d’une vidéo.

L’illustre production des verriers de Portieux de l’époque y est présentée.


    1. LA CRISTALLERIE DE VALLERYSTHAL :

Vallerysthal est l’une des plus anciennes manufactures verrières de France. Située en Moselle, son histoire est étroitement liée à celle de Portieux.

Fondée en 1838, Vallerysthal est réputée pour ses opalines et son cristal de qualité supérieur. Les chiffres sont incroyables, c’est plus de 30000 pièces de verre, gobeleterie et verre de conserve, qui sortaient chaque jour de la manufacture.

D’année en année, la production de Vallerysthal ne cesse de croître. Vallerysthal obtient une médaille de première classe à l’Exposition universelle de Paris en 1855, d’autres médailles suivront à l’Exposition universelle de 1867, à l’Exposition universelle de 1873 (Vienne) et à l’Exposition universelle de 1878 (Paris).

La production de Vallerysthal est digne de concurrencer celle de Baccarat, et surpasse même celle de Saint-Louis.


Durant l’annexion de l’Alsace Lorraine, Vallerysthal est autorisé à garder le feu de ses fours allumés. Afin de garder une main sur le marché Français, Vallerysthal absorbe la cristallerie de Portieux pour ne former qu’un.

Au plus fort de son activité, c’est plus de 1300 verriers qui s’affairent dans la Manufacture.

La fin du XXe siècle est particulièrement difficile pour Vallerysthal. La concurrence étrangère à bas pris et bas salaire vient amputer des parts de Marchés.

Malgré l’action de Monsieur Jean Favot, créateur du premier fou à cristal supérieur (31% de plomb), la cristallerie passera de main en main avant de déposer le bilan.

La site verrier de Vallerysthal honore plus de 300 ans d’histoire avec un magasin d’usine présentant les créations de la cristallerie. Une visite de la dernière hall au four encore visible est organisée sur rendez-vous.

What do you think?

0 points
Upvote Downvote

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tout savoir sur les spécialités culinaires lyonnaises !

Qu’est-ce que le e-learning ?